Pour un Autre Monde

jeudi, juillet 13, 2006

Lecon d'Administration, 1

Le Peuple de Gauche se fait parfois une idée fausse de ce qu'est l'Etat. Le rôle de l'Etat c'est, comme sont nom l'indique, de garder les choses en état. Ainsi le rôle de l'Etat Républicain est principalement de protéger nos Valeurs Républicaines du fléau que représente le Libéralisme. Cela peut se faire de plusieurs maniéres.

La meilleur, c'est encore l'éducation. Surtout d'éduquer ses ennemis. C'est la voie en or vers le Progrés. D'ou l'Education Nationale. A ce sujet, je me rappel une anecdote. Ma fille devait être en derniére année de maternel, je ne me souvient pas exactement, mais un soir elle vient me voir en pleurant : "-Bouuuu.... -Que'est-ce qu'il y a ma chérie ? -Bouuuu.. C'est Eglantine, elle ne veut pas me preter ses bijoux... -C'est parce qu'Eglantine est Libérale, ma chérie." Elle s'essuie les yeux en me ragardant : j'avais mis un mot sur sa douleur. La suite, c'est Biquette qui me l'a raconté. Le lendemain soir, à la sortie, toute la classe de ma fille conspuait Eglantine en larmes "Libérale ! Libérale ! Libérale! Libérale !", qui cours se réfugier dans les bras de sa mére. "-C'est vous qui leur avaient appris ces bêtises ? -Vous savez, les enfants.... -La Vérité sort de la bouche des enfants !" La mére d'Eglantine soupire en baissant la tête. Je trouve que c'est une belle histoire.



Mais bien sur on ne peut pas toujours empécher certain d'abandonner nos Valeurs pour ce qu'ils appellent "la réalité", "la science économique", ou "le pragmatisme". C'est surtout dangereux lorsque c'est un ministre qui abandonne notre systéme de pensée. C'est là que nous, les Fonctionnaires, nous avons à jouer un rôle de premier plan dans la sauvegarde de la Solidarité et des Valeurs de l'Humanité.


Ainsi quand un ministre nous propose de mettre en oeuvre une idée libérale, il ne faut pas hésiter à lui recommander instamment de réunir une commission réunissant les multiples bureaux, services, responsables qui pourront établir un groupe de travail qui, avec l'aide d'un plan prévisionnel dûment établi permettra une évaluation prospective et notamment sur les tenants et aboutissants du projet sus-désigné, sur ses implication écologiques, ethiques, techniques, sociologiques, ethnologique, artistique, en accord avec les plus nobles traditions de l'Administration. Ce sera la premiére étape d'un procesus à répéter dans tout les ministéres concernés (donc, toujours au moins deux), avant qu'un groupe de travail interministériel puisse être constituer pour étudier cette idée à la lumiéres des élèments déja constitués.


Si malgré cela, le ministre s'entête et veut toujours réformer, nous opposons à ce créateur de nouveauté le fait que, si certes, son projet est absolument géniâl, ce n'est malheureusement pas le bon moment pour l'appliquer. En effet, des élections, des sondages, des événements dans le pays, sportifs, crimminels, politiques, économiques, médiatiques, une mauvaise humeur possible de l'opinion, obligent toujours à reporter cette magnifique réforme.


Si malgré cela, le ministre s'entête et veut toujours réformer, on expliquera que malheureusement, des considérations légales nous empêchent pour le moment de la mettre en place. Entre le droit Européen, le droit Français, la jurisprudence des tribunaux et le parlement encombré, personne ne peut nier la grande complexité du droit et l'impossibilité de le réformer avant plusieurs années.


Si malgré cela, le ministre s'entête et veut toujours réformer, on soulignera la multitude d'impossibilités techniques de ce projet : manque de personnel formé, logiciels, locaux inadaptés, violation des Lois de la Physique ou, plus grâve, de celles du Statut des Fonctionnaires.


Si malgré cela, le ministre s'entête et veut toujours réformer, les syndicats exigeront immédiatement l'ouverture d'une négociation en vue de l'obtention de moyens nécessaires à la réalisation du projet, augmentation se chiffrant en milliards d'euros.


Si malgré cela, le ministre s'entête et veut toujours réformer, nous lui annonceront que le premier ministre, officiellement pour son projet, et en fait secrétement contre dans l'interet de ses interets, et qu'il lui en voudra à mort s'il fait du zéle.


Si malgré cela, le ministre s'entête et veut toujours réformer, nous lui annoncons, aprés avoir distillés de fausse rumeurs dans la presse, qu'il est courageux, car il va probablement devoir affronter l'opinion et un grêve générale dans son ministére.


Si malgré cela, le ministre s'entête et veut toujours réformer, mais à ce point là c'est tout de même rare, il faut que les collégues fassent le même travail auprés du premier ministre pour obtenir son veto.



On constate donc bien que le travail du fonctionnaire (et de ses syndicats) n'est pas, contrairement à une légende noir créé par la Droite revencharde, une sinécure. C'est notre fierté et notre devoir de lutter tout les jours pour embourber toutes "réformes" libérale dans ce pays, pour conserver les chose en l'état et que vive à jamais le Socialisme.

9 Comments:

  • Waouh! Tant de travail insoupçonné! Jamais je n'aurais imaginé un tel dévouement en coulisses de la part des fonctionnaires. Et tout cela dans l'humilité, l'obscurité, la discrétion, le silence... Quelle abnégation!

    La prochaine fois qu'on me refusera ma pièce d'identité à la poste pour retirer un recommandé, je tâcherai de m'en souvenir, histoire de ne pas me fâcher stupidement. Il est bien évident que les guichetiers ne peuvent pas à la fois perdre leur temps avec des usagers qui n'obéissent pas aux règles non écrites de l'administration, et faire le travail des ministres à leur place.

    Tant de dévouement mérite une immense reconnaissance, voire une repentance publique des usagers pour toutes les avanies qu'ils font subir aux fonctionnaires, dans leur immense inconscience.

    Je propose donc:

    1) L'instauration d'une Journée nationale du repentir de l'Administré, au cours de laquelle les présidents des associations d'usagers laveront symboliquement les pieds d'un Fonctionnaire tiré au hasard.

    2) L'obligation, pour tous les usagers, d'utiliser désormais le titre de Monseigneur quand ils s'adresseront à un Fonctionnaire.

    Je pense que c'est le minimum pour remettre un peu l'église au centre du village. Heu... je veux dire: l'Administration au centre de l'espace citoyen de proximité.

    By Blogger Robert Marchenoir, at jeudi, 13 juillet, 2006  

  • J'ai suivi votre argumentaire avec attention, néanmoins quelque chose m'échappe. C'est à quel moment, exactement, qu'on crée la commission ?

    Ou bien le comité, l'observatoire, la haute assemblée, le collège, le conseil...

    By Anonymous PH, at jeudi, 13 juillet, 2006  

  • Oui Charles, et encore n'avez-vous pas explicité l'état de veille épuisant dans lequel nous a mis la droite depuis 1995. Guetter les réformes nous contraint à une passivité vigilante, qui en épuise plus d'un au ministère. Evidemment, les femmes y sont particulièrement aptes, mais j'aimerais connaître la potion magique qui nous permettrait de remplir nos missions sans moyens suplémentaires. Mais même si cette potion existait, l'Etat nous en achèterait sûrement l'unique ersatz du marché.

    By Anonymous Agathe, at jeudi, 13 juillet, 2006  

  • Mais oui, charles, vous avez raison.

    D'ailleurs, l'hiver dernier, mon fils s'est fait racketter son i-pod.
    Comme j'avais moyennement envie d'en racheter un (tout cet argent versé à une multinationnale, ça fait mal au coeur socialiste), je lui ai expliqué que son sacrifice était Juste. Certes, il n'est pas facile de sacrifier son outil de divertissement et d'ouverture à la culture sur l'autel de la solidarité, mais il faut toujours songer que ce sacrifice fait un heureux : le jeune défavorisé qui, grâce à ce partage de la culture, peut s'ouvrir à de nouveaux médias et de nouveaux courants musicaux, qui, sans cela lui seraient restés inconnus.
    Et en plus, mon fils a fait l'expérience du contact avec l'Autre, qui est bien plus enrichissant que le repli sur soi et sur sa petite machine. J'en ai profité pour le traiter de Matérialiste.
    Vous verrez qu'un jour, cette petite Aubergine de l'école de votre fille fera elle aussi une experience de partage d'autant plus enrichissante que d'ici à ce qu'elle ait une vingtaine d'années, les mentalités auront changé vers plus de partage, au delà même du matérialisme ; vers plus de partage de soi, de son corps, de son intimité. Quel avenir radieux !

    By Anonymous Anonyme, at vendredi, 14 juillet, 2006  

  • "une passivité vigilante"

    "les mentalités auront changé vers plus de partage, au delà même du matérialisme ; vers plus de partage de soi, de son corps, de son intimité. Quel avenir radieux ! "

    Vous êtes des superhéros, Superman peut retourner dans son Amérikkke, on n'a pas besoin de lui.

    By Anonymous Anonyme, at vendredi, 14 juillet, 2006  

  • De même qu'un autre monde est possible, un autre vélo est possible:

    http://www.6url.com/0UC2

    Il était utile de le rappeler, me semble-t-il.

    By Blogger Robert Marchenoir, at vendredi, 14 juillet, 2006  

  • Vélo, évidemment. Et vivement les couloirs à livraisons.
    Cette bande sonore du Monde dit "l'auto ça tue", sauf bien sûr, les ambulances, les livreurs de matériel médical, les voitures de médecins et de tout le futur personnel médical et culturel qui n'a pas finir de grandir, et celle de leurs nourrices, si elles sont déclarées ; et les camions qui soulagent les porteurs prolétaires et d'autres gens de valeur etc.

    "Leçon d'administration", j'adore. C'est subliminal comme les photos de lingerie Aubade. Ca fait du bien. On aimerait les collectionner, les coller à l'intérieur de ses portes d'armoire. "Que c'est beau, c'est beau la vie."

    Certes, nous n'avons pas besoin de Supermann, mais il est le bien venu dans notre société multiculturelle anti-raciste et pro-différences.

    By Anonymous Agathe, at samedi, 15 juillet, 2006  

  • Parce qu'il y en a assez. Assez de la mollesse, assez de la tièdeur, assez de la sociale-démocratie et du multiculturalisme, et parce qu'on a des blogs. Parce que nous sommes les Consanguins. Rejoignez-nous, gaulois et patrios, réactionnaires en mousse et subversifs de buvette, rejoignez-nous, célébrons la parole consanguine.

    http://consanguins.blogspirit.com/

    By Anonymous Frère Toxoplamose, at lundi, 17 juillet, 2006  

  • Charles, je comprends qu'après tant d'heures passées à cornaquer nos ministres sur la voie du progrès, vous éprouviez le besoin d'une petite pause, mais où êtes-vous passé? Que faites-vous? Ne comprenez-vous pas que la lutte contre l'hydre libérale ne souffre aucun répit? Malgré la chaleur, j'en appelle à votre conscience socialiste. Ressaisissez-vous. Le salut de la Nation est à ce prix.

    By Blogger Robert Marchenoir, at vendredi, 21 juillet, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home