Pour un Autre Monde

mardi, mars 15, 2005

TOUS-TES AUX ASSISES DE L'ANTICOLONIALISME ET A LA MARCHE DES INDIGENES DE LA REPUBLIQUE

Enfants des colonies ou des anciennes colonies de la France, immigrés ou enfants d'immigrés, on nous percevait hier comme des « sauvageons » inassimilables, aujourd'hui comme les nouvelles classes dangereuses. Nous serions, dans la théorie criminelle du « choc des civilisations », les agents de la barbarie moderne. On nous appelle « casseurs », « femmes soumises », « garçons violeurs », « lapidateurs », « parents démissionnaires »...

La réalité c'est que :

Nous sommes orientés tout petits vers des voies de garage ; 40 % d'entre nous sont au chômage (contre 10 % qui est la moyenne générale). Quand nous obtenons un travail, nous sommes le plus souvent cantonnés au bas de l'échelle et nous y restons avec peu de chances de promotion. Cette exclusion est une violence permanente. A cela, s'ajoute la violence de la répression. Nous sommes traités comme des indigènes au bon vieux temps des colonies.

Nous refusons l'exclusion comme nous refusons les violences policières, les contrôles au faciès, les brimades pour cause de foulard, la surexploitation des sans-papiers. Nous ne supportons plus ce système raciste ni les discours paternalistes ou haineux des médias, des intellectuels et des politiques. Cette façon de nous traiter prolonge la logique coloniale qui n'a disparu ni de l'État, ni des pratiques politiques, ni des mentalités. Traitement post-colonial et discriminations sont intimement liés.

Tout le monde doit se sentir concerné par notre lutte. Personne, quelle que soit son origine, sa situation, ne peut prétendre lutter contre les injustices de notre société sans s'attaquer à ce visage contemporain du colonialisme.

Pour l'égalité, contre l'esprit colonial, manifestons-nous ostensiblement


A Saint-Denis le 16 avril 2005 aux Assises de l'anticolonialisme post-colonial
A Paris le 8 mai 2005 à la Marche des indigènes de la République

Par notre mobilisation, dans nos familles, quartiers, lycées, foyers, universités, réseaux et associations, etc. construisons ensemble des collectifs locaux anticolonialistes et assurons le succès de ce mouvement.

Signez l'appel « Nous sommes les indigènes de la République» sur toutesegaux.net et oumma.com.

13 Comments:

  • Le sinistre site Oumma.com, voila les références de Charles Legrand....

    By Anonymous Anonyme, at mardi, 15 mars, 2005  

  • Sinistre ? C'est un site musulman voilà tout. En quoi les musulmans seraient sinistres ? On y apprend diverses choses plus intéressantes les unes que les autres sur l'Islam et la culture du soleil.
    Vous faites de douteux raccourcis...
    Les sites à la solde du Vatican sont, à l'instar de leurs églises, objectivement bien plus sinistres !
    Je ne suis pas sûre de bien comprendre...

    Léni

    By Anonymous Anonyme, at mardi, 15 mars, 2005  

  • Oui sinistre, en tout cas dépeint comme tel par beaucoup d'associations laïques (même par des musulmans !!!)

    léni? serait-ce un nouveau chien de garde employé par Charles?

    By Anonymous Anonyme, at mardi, 15 mars, 2005  

  • Pour un peu c'était chienne de garde et là nous étions bons pour avoir le MLF sur le dos !! Et les suffragettes ! Et leurs botillons !!

    Inès Triquable.

    By Anonymous Anonyme, at mardi, 15 mars, 2005  

  • je pense que la lecture du livre
    "frere tariq" ecrit par caroline fourest s'impose face à toutes ces élucubrations de refoulés.

    By Anonymous Anonyme, at mardi, 15 mars, 2005  

  • Oui oui je suis une chienne !!!!!!!!! ben continue, insulte-moi, apparemment pour une fois que tu peut t'adresser à une fille sans te faire dessus exprime toi !!! Pfff...

    By Anonymous Léni, at mardi, 15 mars, 2005  

  • Enfin Léni ! Un peu de retenue ma chère, vous ne pouvez vous permettre ce que ces messieurs osent.

    A.A.

    By Anonymous Anonyme, at mardi, 15 mars, 2005  

  • Les machos sont lâchés. Ils oublient d'où ils sont nés ces cons. Juste une remarque quant à la marche des "Indigènes de la République": dommage qu'ils aient commis une erreur sur leur titre. L'indigène c'est celui qui est originaire du lieu en question. Autrement dit, l'indigène de la République, c'est Chirac et consorts, pas nos frères musulmans. Qui seraient eux plutôt "exogènes" à la République. Enfin, c'est sans doute voulu, vu la puissance du texte, je pense qu'il doit s'agir d'une boutade ironique pour décontenancer l'homme de droite.
    Nick L.

    By Anonymous Anonyme, at mardi, 15 mars, 2005  

  • "L'indigène c'est celui qui est originaire du lieu en question."

    C'est vrai que cette pointe est dés plus ambigue. Parce qu'aprés tout, nous sommes tous des immigrés, mais nous sommes (presque) tous né dans ce pays, ou le Droit du Sol -heureusement- s'applique (et pas ce Droit du Sang qui nous rappel les heures noires de notre Histoire). Donc, cet appel s'adresse en fait à tous ceux qui veulent défendre leur communauté contre ce gouvernement d'agents immobiliers.
    Enfin, c'est l'une des interprétation possible.
    L'autre, "décontenancer l'homme de droite" m'a l'air aussi tout à fait juste.

    By Blogger Charles Legrand, at mardi, 15 mars, 2005  

  • En effet Charles, tu éclaires lumineusement la stratégie des "Indigènes". On pourrait aussi concevoir le fait que le droit du sol étant, bien que mille fois préférable au droit du sang, une abération (il n'y a pas plusieurs sols, mais une seule terre pour tous les êtres humains), ils se considèrent comme indigènes du lieu supranational que représente la République, et qu'en ce sens ils sont plus "indigènes" de la République que les Français de souche fachos, qui, soit-disant Républicains, persistent à se vouloir exogènes à la République Universelle. Ainsi par ce redoutable retournement sémantique, ils empêtrent les fascistes dans le filet que ceux-ci avaient jeté, ainsi qu'un Spartacus projetant un rétiaire à terre dans l'arène...
    Nick L.

    By Anonymous Anonyme, at mardi, 15 mars, 2005  

  • le droit du sol existait dejà au 16eme siecle.par contre les enfants de français nés à l'étranger deevait faire la demande de nationalité;
    je pense que c'esst au 19eme siecle que ce droit du so a été qsupprimé pou etre finalement rétabli recement ...recherchez les dates exactes ,ça m'interesse

    By Anonymous Anonyme, at mardi, 15 mars, 2005  

  • Au seizieme siècles sous le regne des rois, ben bien sûr!!! et les cathos sont un modèle de tolérance tant qu'on y est... je vous rappelle que nous avons subit l'horreur des croisades... mais trève de discorde, nous les musulmans avons toujours vomit les frontières, il n'y a pas de droit du sol, il n'y que des droits de l'homme.

    Mollah Kévin

    By Anonymous Anonyme, at mercredi, 16 mars, 2005  

  • Ce discours semble aller dans mon sens Kévin.
    A +...

    By Anonymous Léni, at jeudi, 17 mars, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home